Search

nathaliesarahblog

Two moms reaching out to the next generation, one blog post at a time

Faire la paix avec sa foi

La perte d’un être cher est un passage difficile, une espèce de tourbillon dans lequel on entre et duquel on doit sortir plus tôt que tard malgré le bien être temporaire dans lequel il nous plonge.  La vitesse du tourbillon nous permet de ne pas laisser la tristesse nous transpercer immédiatement, et de nous pousser par une force quasi inexplicable au travers du processus.  Toutefois, il faut à un moment ralentir et prendre le temps de se recueillir et de faire la paix avec la mort.

Une bonne amie à moi vient de perdre son conjoint, cet évènement m’a fait réfléchir.  La célébration des funérailles fût révélatrice pour moi.  Je suis chrétienne, catholique, mais depuis maintenant au moins 15 ans pas pratiquante.  Je n’ai pas accompagné mon dernier enfant dans le sacrement de la première communion et je ne vais plus au célébrations le dimanche.  Hier le prêtre a été tout simplement juste, sincère et profond.  Plusieurs de ces lectures n’étant pas que formulations, mais opinions partagées.  C’était rafraichissant à mes yeux et avec un réel impact sur ma façon de voir la célébration de ces funérailles.  J’ai écouté, j’ai regardé autour de moi et j’ai été témoin de partage et d’amour.  Tout ces gens étaient venus pour le conjoint de mon amie et je j’ai compris à ce moment à quel point cette célébration était un absolu passage pour le départ de ce dernier, ou son arrivée dans chacune de nos vies.  J’ai ressenti une tristesse pour cette communauté dans laquelle j’avais grandie mais délaissée.  Je ne sais pas quelle formule ces célébrations devront prendre pour survivre dans l’avenir, mais je constate qu’il faudra trouver un moyen de faire la paix avec celle-ci pour ne pas délaissée ce rite de passage vers la mort ou cette nouvelle vie.  Je suis convaincue que la célébration a été d’un réel réconfort pour mon amie et ses enfants.  Il faut bien le dire cet homme était d’une gentillesse exceptionnelle et il fût honoré par la présence de centaines de personnes venues lui faire leurs au revoir.  Mais je crois ne pas avoir été la seule touchée par cette grande célébration, sa gentillesse en aura encore une fois touchée plus d’un.  Pour ma part, j’aurai fait un début de paix avec cette communauté à laquelle je réalise toujours appartenir.

Advertisements

Des valeurs contradictoires et complémentaires en ce temps des Fêtes

Chère Sarah,

Cette année, comme chaque année Noël m’apporte un arc en ciel d’émotions.  Je suis souvent tiraillée entre la joie que la magie de Noël apporte lors de ces moments magiques vécus en famille et la tristesse ressentie lorsque j’apporte de l’aide au plus démunis lors de cette période.   Malgré les dons annuels, je réalise à quel point leur situation quotidienne est difficile et que mon geste n’est qu’un soulagement temporaire à leur solitude et pauvreté.  Je suis heureuse de poser ce geste et encourage ces entreprises, mais à quelque part je ne me sens pas en paix avec cette situation et je dois faire plus.

Ensuite, tout en étant magiques, ces rencontres de famille me rappellent la perte de certains proches.  C’est avec tristesse et nostalgie que je vie certains instants.  C’est pourquoi j’ai toujours tenu à notre présence auprès de nos familles, malgré le stress que ces rencontres occasionnent parfois à cause des distances à parcourir, des plats à préparer ou des enfants à gérer dans des horaires et des routines désorganisées.  Cette année, de tiraillement je suis passée à déchirement, je suis allée contre mes convictions.  Pour 2017, j’ai choisi de vivre Noël retirée avec ma petite famille délaissant ainsi ma mère et ma belle-famille.  Comme excuse, 2017 fût une année difficile, mon époux étant souvent à l’extérieur, mes grands étant naturellement bien pris par les études et leurs amis et moi-même épuisée par un travail exigeant.  J’ai égoïstement besoin de ma petite famille réunie, tricotée serrée sans interruptions.  Je souhaite m’abreuver pour un moment de notre intimité et de notre amour inconditionnel.  J’ai organisé un week-end de ski dans un petit condo où pour la première fois nos cadeaux seront déposés sous un arbre de 20 cm et notre repas de Noël partagé uniquement entre nous.  J’ai profondément de la peine de ne pas être présente pour ma mère le 24 et pour ma belle-famille le 25, mais, cette année, malgré le fait que je blesse par ce choix des gens que j’aime, ce Noël me rappelle à quel point Noël est un besoin de rassemblement et d’amour.  Cette année pour nous ce rassemblement sera intime, mais ne sera pas moins significatif.  Je songe encore à comment j’expliquerai ceci à mes enfants, comment j’expliquerai ce besoin égoïste mais qui malgré son impact sur les autres se veut sincère et bénéfique pour mes petits trésors à moi.  Je souhaite qu’avec le temps ma famille me pardonnera.  Je sais également que je vais verser quelques larmes ce week-end, mais je serai également heureuse de me retrouver si intimement près des miens.  Alors voici les valeurs que je souhaite partager cette année avec mes enfants, tout en paraissant contradictoires à celles habituellement véhiculées, elle sont en fait complémentaires.

Je te souhaite chère amie un sincère Joyeux Noel

Je t’embrasse,

Ton amie Nathalie

‘Tis the Season

It’s that time of year again when we reflect upon family traditions and the importance of family. This year, our family is trying to be minimalistic by buying less gifts that have little value and instead focussing on time spent together and buying only what we need.

The kids have made their wish list but in the end we are sticking to 2 gifts for each kid, their ski passes to the local hill and a short ski trip during the holidays.

I try to project the idea that quality over a quantity of meaningless stuff is a better choice. But it is not always easy to stay grounded even after all these years of experience with the materialism of Christmas. So I can only imagine what the pressure and the build up of expectations can do to a younger, perhaps even credulous mind.

Even I still experience a sense of anxiety right around the 23rd of December. It is this sense that I did not purchase enough or that I forgot someone on the list. I can usually be convinced that all is well with a cup of tea and talking to my husband about it, but for a moment in time, I am reminded of what is less pleasant about this time of year.

I hope that despite those negative emotions and some of the other less pleasant aspects of Christmas (long line ups, traffic, pressure to spend money etc…) the message that simple pleasures are the true key to happiness.  These are the values that I hope will transcend into the thoughts and eventually into the habits of my children.

Speaking of simple pleasures and family traditions, I’d like to share a delicious and simple panettone recipe: https://anitalianinmykitchen.com/panettone/

By the way, my co-blogger Nathalie posted a recipe last year where she uses left-over panettone (she calls is Pandoro) to make a delicious French-toast style dessert serve for breakfast or brunch: https://nathaliesarahblog.wordpress.com/2017/01/08/pudding-au-pandoro/

Happy holidays and a marvellous 2018!

 

 

Comforting The Small Ailments

As per Nathalie’s request, I am putting my own two-cents into her latest blog post about how to comfort the small ailments that affect us all at one point or another. As Nathalie said, it is ultimately our body that does all the work to heal whatever scratch, cough, irritation etc. that we are suffering from and often having someone acknowledge that you aren’t feeling well is helpful enough to the healing process. But being a mother, I also have a few remedies up my sleeve for dealing with some of the common ailments that affect us all from time to time.

eucalyptus

Coughs and Colds

My favourite remedy for a cough or cold symptoms is honey and tea. Any type of tea will do, although I prefer a mild green tea or a camomile with a spoonful of honey to ease the pain. After the tea, I put a few drops of essence of Eucalyptus in a warm bath and the pleasing smell as well as the heat and moisture help clean sinuses for at least a short period of time.

ginger-1714106_640

Sore Stomach or Mild Digestive Issues

I find ginger especially helpful for relieving a sore tummy. Ginger root in warm water or an organic ginger tea is just as good. My kids are not particularly fond of the taste, so adding a little bit of sweetness can also help.

calendula

Skin Irritations, Burns or Blemishes

A friend of mine introduced me to the healing properties of calendula. Calendula is a lovely orange flower that grows easily in our climate. I love using calendula for any type of skin irritation including acne, pimples, cuts, burns etc. It has a rich and oily texture and smells really good as well. I buy the Weleda brand but there are more and more options on the market. If you are really into it, you can make your own calendula cream using the calendula petals and the following:

  1. 1 cup of a high quality carrier oil like olive oil, jojoba oil or grapeseed oil.
  2. A bunch of dried calendula flowers.
  3. 1 ounce of beeswax.
  4. 1 cup of room temperature water.
  5. 10 to 20 drops of essential oils of your choice
  6. A clean blender.
  7. Clean mason jars or tins.

I also love to use coconut oil for dry skin or lips. It tastes and smells good but I advise using only in the dry winter months because it is very rich and a little too oily for my taste.

lavendar

Insect Repellant and Sleeping Difficulties 

My latest love is lavender. I use it as an insect repellant when the mosquitoes are swarming and I spray it on my sheets and pillow case just before I go to bed. It has a calming effect and since bugs do not like the smell of it, I can rest assured that no critter will end up under the covers with me while I am sleeping. Mix 40 drops of pure essence of lavender per 20 ml of water and add about a tablespoon of vodka to help emulsify the ingredients. Place into a spray bottle and use as needed.

Tanner
Credits http://www.tmphotography.ca/

Pet Remedies

In light of the fact that we just adopted a new dog, no remedy-list would be complete without mentioning those that affect the family pet. When we met Tanner for the first time, his smell was the first thing that I noticed, besides his cute face. His foster mom used a mixture of essence of lemongrass and almond oil to help prevent flea, tick and mosquito bites and the smell is just heavenly. Another friend of mine uses coconut oil on any small abrasions on her dog from over-scratching due to bites or light skin allergies.

What about you guys? Yes our readers out there! Tell us what ails you and what remedies work. Always happy to hear from you 🙂

 

Réconforter les petits maux…

Au début de cette belle aventure, je ne croyais pas pouvoir laisser passer plus de deux semaines avant d’avoir l’inspiration et l’envie de partager avec mes enfants quelques petits conseils de vie, même si je sais bien que la plupart de mes textes sont réservés pour une lecture future et hypothétique.  Toutefois, le rythme de ma vie s’est grandement accéléré ce dernier mois et m’a éloigné de mes objectifs initiaux.  J’avais au départ, ce sentiment de culpabilité et également une certaine tristesse générée par mon manque d’adrénaline que cet exercice me procure.  Comparable au bonheur que me procure la course à pied, je dois avouer que la liberté (peut être que le mot juste ici est libération) ressentie lors de l’écriture me motive dans mon quotidien.  Je me sens en connexion avec mes enfants sans vraiment l’être et je ressens une certaine satisfaction à penser que ces textes pourront les soulager ou les guider plus tard.  Heureusement, une belle discussion avec mon amie Sarah m’a une fois de plus apaisée et permis de mettre cette culpabilité de côté et de vivre ce beau projet en toute quiétude et simplicité.  Ce projet en est un de pur bonheur et de respect rassurant.  Je te remercie Sarah de nouveau pour cette précieuse complicité!

Ce dernier mois, en plus de m’intégrer dans un nouvel emploi, l’un de mes fils a subi une commotion cérébrale en jouant au soccer.  Ce fût une expérience naturellement inquiétante et désagréable.  Même si je souhaitais ardemment soulager mon garçon de ses maux de tête, j’avais peu de contrôle.  Parfois, malheureusement, la souffrance est très difficile à supporter et les médicaments n’ont que peu d’effet.  Seul le temps peut réparer les dommages.  C’est dans cette impuissance que j’ai réfléchie à tous ces petits maux qu’on a le bonheur comme maman, non pas de guérir, cela le corps médical s’en charge, mais bien de soulager et d’apaiser.  J’ai donc pensé faire une liste des méthodes utilisées dans notre famille pour adresser certains malaises afin de permettre à nos enfants de vivre ces situations avec un peu de réconfort.  Je suis adepte de certains produits et parfois certaines marques de commerce sont incontournables pour nous.  La voici donc :

Rhume : Dès les premiers signe de mal de gorge, on utilise la solution saline (de type Salinex) immédiatement et on le fait au matin et au coucher pour bien nettoyer le nez.  On n’évite pas le virus, mais on a tendance à penser que ça peut éviter les complications et possiblement éviter les antibiotiques.  Comme bien des familles on se concocte une petite soupe et oui on se fait une bonne Lipton!  On se couche tôt et on se câline sur le divan devant un bon film!

Gastro : On prépare la solution réhydratante dont on retrouve la recette facilement sur internet.  Ce mixte pour les enfants à notre avis à meilleur goût que celles vendues en pharmacie et peut se congeler en glace (on peut aussi utiliser ces glaces lors des symptômes de rhume).  Pour éviter le va-et-vient à la salle de bain, on se campe chez nous par terre dans la salle de bain sur le plancher froid.  On apporte notre oreiller et notre couverture et après une bonne douche on ne remet pas le pyjama et on s’enroule dans notre couverture pour camper dans la salle de bain avec une compresse d’eau froide sur la tête…ça peut paraître bizarre, mais dans ce grand désagrément de devoir rejeter à plusieurs reprises tout ce que l’on a ingéré, ça fait ce petit spécial…naturellement une fois la tempête passée, on retourne dans le confort de notre lit où on laisse un sommeil récupérateur nous apaiser.

Mal de ventre (léger), nervosité et difficulté à s’endormir : On essaie surtout d’apaiser le stress occasionné par le besoin de dormir.  On fait ce que l’on appelle les respirations de yoga, car j’ai appris cette technique dans un cours de yoga !  On inspire par le nez en gonflant le ventre et en comptant jusqu’à trois.  On essaie de maintenir notre respiration en comptant jusqu’à trois (on imagine un oiseau planner ça aide) on expire en rentrant le ventre en comptant cette fois jusqu’à six et on maintient encore pour trois.  A chaque pensée qui nous vient on prend le temps de l’observer et on dit pensée.  Ensuite on la met dans un ballon qu’on laisse voler au ciel.  C’est une image facile à créer et ça fonctionne.  Tranquillement on est concentré sur sa respiration et l’esprit s’apaise.  Une aide complémentaire est de poser une sac magique froid sur son front ou simplement une compresse d’eau froide.  Pour le mal de ventre on ajoute un sac magique chaud si c’est au niveau des intestins et froid si c’est plus un mal sous la poitrine.  Et si c’est souhaité et supportable on fait ce qu’on appelle un petit frottement de bedaine !  Un bol de lait chaud pour la difficulté à s’endormir et une tasse d’eau chaude avec citron, miel ou sirop d’érable lors des maux de ventre.

Mal aux jambes : On prend déjà un bain chaud et ensuite on pose les genoux sur un oreiller pour les surélever.  On masse les jambes avec une crème à la menthe poivrée et on fait les respirations de yoga et un sac magique froid sur le front.

Lèvres gercées : On utilise un produit d’Avène vraiment efficace pour nous : Cicalfate.  On l’applique généreusement le soir avant de dormir et au matin c’est déjà mieux.  On peut en appliquer une petite couche au matin en prenant soin de bien faire absorber la crème cette fois.

Coup de soleil : On utilise également Cicalfate, sinon une crème à base d’Aloes, surtout on ne tarde pas pour l’appliquer.

Mal de tête : On prend des Tylenol et Advil tel que recommandé et on suit la posologie naturellement.  On utilise les sacs magiques froids devant sur le front et derrière sous le cou.  Pas plus de quinze minutes à la fois, on évite les écrans et la lecture, une petite musique douce et des respirations de yoga pour trouver un sommeil réparateur.

Toux : Comme bien des familles, le miel à la cuillère, ou dans de l’eau chaude.  Le Salinex religieusement matin et soir et un peu de biscuits soda avec un verre d’eau.  Tous les sirops essayés chez nous n’ont pas été concluants malheureusement.

Quels sont tes petits trucs Sarah pour apaiser vos petits maux ?  Plusieurs familles utilisent également des herbes ou des préparations de thés pour soulager les petits inconforts.  Le thé rouge a un goût apprécié par mes enfants et nous a à l’occasion servi en soirée en partageant un petit moment ensemble dans sa préparation et dégustation !

 

 

 

Cheers to the next 41 years!

The first week of May is always a big week for me, as I celebrate my birthday, wedding anniversary and Mother’s Day within the span of 6 days. Some years I dread it and other years I’d rather let it pass quietly. I sometimes feel like it gets in the way and burdens others to have to plan something when they have better things to do. I don’t post my birthday on facebook or let my collegues know when it’s my bday. It’s not because I’m ashamed of my age (41 years as of yesterday). Frankly, I don’t like the attention. To be honest, I don’t like being sung “HAPPY Birthday”either. It makes me uncomfortable. This year, however, my daughter said something to me that made me change my entire perspective. She said “You know mom, you are probably half way through your life.” After she said that, I think she had a sense of automatic regret, like it was a rude comment to make, and it did sting for a second to hear that my time on this earth is in fact limited. But the truth is, she’s right. Rather than reflect on where the time has gone, I choose to focus on the next 41 years on this earth and how I can make it a worthwhile life. That goal is what is worth celebrating.

As for my plans for the next 41 years, well, I’d have to say that spending time with family and friends are really what I treasure the most. They are a product of everything that is important to me.  So thank you so much for being in my life and I am looking forward to celebrating another 41 years together!!

 

 

Pourquoi en faire un drame

Parfois la vie spontanément nous présente des occasions ou opportunités imprévues.  Personnellement j’ai été bien servi ces derniers mois.  Emménagés depuis moins de deux ans dans notre nouvelle maison, mon époux a accepté récemment un nouvel emploi en région,  au centre du Québec.  D’abord nous avons accepté le fait qu’il séjournerait hebdomadairement à l’hôtel en semaine pour nous retrouver le week-end.  Mais après quelques mois, notre vie de famille nous manquait et on a commencé à songer à un nouveau déménagement.   Beaucoup de changements découlent de cette relocalisation : un changement de travail pour moi, un changement d’école pour mon petit et une vie en appartement pour mes plus grands, qui étudieront sur l’Ile de Montréal en septembre prochain.  Après avoir organisé une visite exploratoire, nous avons convenu que cette nouvelle région pouvait représenter un bel endroit pour vivre en famille et faire des sports de plein air.  Nous avons donc commencé à dresser la liste des améliorations à faire à notre maison pour une éventuelle vente.  C’est une fois cette décision prise que la météo a choisi de nous révéler des fissures à notre fondation! Notre fils se levant les deux pieds dans l’eau un matin fût le porteur de mauvaise nouvelle… .  Pour me soulager quelque peu, j’ai décidé d’en parler avec mon entourage.  Mauvaise idée…

Parfois les gens veulent être gentils en se désolant de notre situation, mais personnellement les premières minutes de réconfort du rôle de victime ne valent pas les heures de questionnement qui s’en suivent.  Et là j’ai pensé à nouveau à ma mère.  Quand la terre semblait s’arrêter pour un chandail taché ou un examen échoué, elle me questionnait en disant : Pourquoi en faire un drame?  En portant  cette réflexion pour ce blogue, j’ai poussé mon analyse et cherchant l’origine de cette expression : « Pour comprendre les origines de l’expression, il faut s’attacher au terme “drame” qui la compose. Un drame, en son sens premier, est une pièce de théâtre qui met en scène des sentiments inspirant le pathos. Par extension, un drame est un événement tragique. Cette expression peut donc avoir deux significations. La première étant d’accorder trop d’importance à un événement. La seconde étant de provoquer un conflit ou une situation fâcheuse. »

Certes la liste des préoccupations s’allongeait, mais est-ce qu’il fallait y accorder une autre signification que celle qu’elle avait.  Des fissures à la fondation d’une maison des années soixante c’est possible, ce n’est pas une situation injuste qui s’invite à un mauvais moment.  En fait,  à bien y penser,  c’était plutôt un moment opportun.   Une réparation avec une garantie avant la vente est plus sécurisante qu’une réclamation après la vente.   C’est pourquoi j’ai commencé ce blogue en disant que la vie nous présente des occasions et des opportunités.  Ma mère en me questionnant m’a élevée pour que je développe une perspective juste face aux événements de la vie.  Je précise juste, parce qu’elle n’était pas du genre à ignorer nos peines ou nos échecs sans considération. L’histoire du verre moitié plein plutôt que moitié vide, c’est un peu  ça je suppose.  Je la remercie aujourd’hui pour son jugement et pour sa façon de nous faire réfléchir sur les événements en nous questionnant sur les impacts : c’est quoi le pire qui va arriver, combien de temps  ça va durer et qu’est-ce qu’on doit faire pour améliorer la situation.   Quand j’étais adolescente, j’avoue qu’elles m’énervaient un peu ces questions.  Mais elles sont entrées  par une oreille pour ne pas en ressortir par l’autre.  Elles sont bien encrées dans ma tête!  Je suis bien heureuse aujourd’hui qu’elles  me soient utiles.  Ce n’est pas toujours facile de détacher ses émotions des situations fâcheuses, mais une approche systématique et rationnelle demeure  une solution plus avantageuse.

Quand un vrai drame se présente, il est authentique, difficile et éprouvant.  A ce genre de situation on n’est souvent impuissant et on  ne peut que s’adapter.   Cela dit, pourquoi donc songer à faire des drames selon l’une ou l’autre des significations de l’origine de l’expression, la seconde étant à mon point du vue de très mauvaise foi.  Quand on y pense c’est bien inutile et ça gruge de l’énergie, si  indispensable à notre équilibre.  Je souhaite pouvoir démontrer ce sens du jugement affiné dans mes actions pour mes enfants.  J’espère bien pouvoir leur inculquer un peu de la sagesse de ma mère!

 

4 things to keep in mind for a healthy relationship with your teen

In the spirit of Nathalie’s last post about communication, I’ve decided for this week’s post to share a few insights related to communicating with your teenager.

Communicating effectively is an important skill to have in the workplace, in social situations and within a family. It takes time to develop this skill and comes only with practice.  Communicating effectively and modelling good communication skills for your teen can be a challenge, but it is a normal and important step in their development and also in our own development as parents. Here are four things that I try to keep in mind when communicating with my teenager.

1 – Look for windows of opportunity and use them as effectively you can:

It goes without saying that we are all busy and that includes our teens as well.  They have a lot to do and a lot on their minds and lets face it, they are not always going to be open or available to listen to what you have to say. Avoid feeling frustrated because your message is not being heard. Instead, wait for those opportune moments when your teenager is more likely to listen. In the car or at the dinner table or when they are about to go to bed may be better times. These small windows of opportunity to not just talk to your teen but actually communicate with them open and close just as quickly, so whatever the message you are trying to send, make it simple and worthwhile. Prioritize communicating about the important issues, like how their relationships with their friends are going, what their plans are for an upcoming project and don’t forget to tell them how much you love them.

2- Don’t let it become a battle

The most successful conversations are the ones where your teenager comes to his/her own conclusions about a situation or topic. The more you insist on being right or being heard, the less likely your message will come across and even less likely it will be applied in any meaningful way.  Rebellion and the development of one’s identity is a big part of the teenage experience and in many cases, that means opposing the established boundaries.  If you can find a way to infiltrate their thoughts indirectly or passively and plant a seed, than you’ve done the job. Whatever you do, try not to get pulled into an argument and do not mirror his or her anxiety or anger. They are the child and you the adult. It is your job to remain calm or walk away when communication lines are not working well.

3- Have some perspective

Before discussing anything difficult with your teen, take a step back and analyze the current situation that your teen is in.Yes, teenagers may not always pick up after themselves and yes, they make unreasonable demands and loose their temper at times. But what about the bigger picture? Are they doing well in school? Do they have supportive friends? If that’s the case, than the fact that their room is a mess or that they didn’t call you when they got home from school may not be as terrible after all. Also keep in mind that it’s fine and good to teach your teenager about hygiene and tidiness but not at the expense of your relationship with them. So take a step back and remember what’s really important in the grand scheme of things.

4- Learn from your mistakes as well your successes

Give yourself a break and take notice of those times when you did manage to get through to your teen. Was it when you were nagging? Not likely. The best moments of communication happen when both parties are willing to listen and approach a topic of conversation in a calm manner. Focussing on the other person’s need to be heard tends to work much better than simply forcing your point onto the other person.

I don’t pretend to be an expert on the subject of communication and lord knows I am learning by trial and error as I go along. Thankfully, Nathalie has been great about sharing her thoughts and her wisdom regarding her experiences with bringing up her teenage boys. In addition, my teenage daughter has also been a great teacher. She let’s me know right away when my communication skills are less then what they should be and thankfully she is a forgiving teacher who gives me second chances to redeem myself.

 

Se parler beaucoup sans communiquer

L’un des sujets que nous souhaitions aborder pour la considération de nos futurs jeunes parents en devenir est l’importance de chérir sa relation de couple.  Plusieurs gestes dans le quotidien soutiennent cette priorité d’un couple, et l’une d’elle particulièrement.  Abordée par plusieurs thérapeutes de couples comme l’une des grandes problématiques, je pense à la manière de communiquer.  Je lisais un article l’autre jour où l’on rapportait le témoignage d’une jeune femme qui racontait pourquoi après 10 ans de vie commune, elle avait décidé de quitter son conjoint.  Une citation m’est restée en tête, elle disait : «  on se parlait beaucoup, mais on ne communiquait pas.  »

Lorsque je reste avec une idée en tête, j’ai envie d’y réfléchir.  Si je ne m’y attarde pas, ça ne va pas me laisser tranquille.  Tête analytique et rêveuse que je suis, j’ai pensé à l’importance de ce qu’elle disait.  Je l’ai déjà mentionné, j’aime bien la sincérité chez l’autre.  Parler pour parler, on peut le faire, mais vient un moment où pour poursuivre une relation intéressante on devra aborder les vrais sujets pour que l’attention se maintienne.

Cela dit, lorsqu’on débute une relation il est normale lorsqu’on commence à se côtoyer de ne pas avoir des discussions profondes et significatives, mais même dans la légèreté d’un sujet il peut y avoir de la sincérité.  L’intensité d’un regard, l’écoute active, un sourire, le fait d’être présent et vrai dans nos échanges.  Je pense que c’est aussi beaucoup dans l’ouverture à l’autre, même dans les silences quelqu’un peut communiquer ce qu’il ressent parfois.  Je suis heureuse de constater que ma relation actuelle sans qu’elle comporte des discussions de longues heures, malgré les hauts et les bas d’une vie bien active, me  permet des échange sincères.  Parfois ces échanges sont difficiles, pas toujours fluides, mais ce qui est dit est vrai.  Ce n’est pas toujours joyeux, mais je ne cherche pas à ce que ça le soit absolument.  Je crois qu’il est préférable de savoir ce qu’il en est et de voir à établir son confort personnel face aux sentiments de l’autre dans les diverses situations que la vie nous sert.  Les moments de silence dans notre couple sont également révélateurs.  Mon époux à travers ses silences me communique parfois sa douleur, ses peurs et ses malaises.  Je pense qu’il en est de même pour moi.

Il est vrai qu’il y a une longue histoire entre nous qui permet cette compréhension de l’autre, mais je pense que principalement il y a justement une ouverture pour la communication quelque soit le sentiment à exprimer.   Je souhaite pour mes enfants de développer cette ouverture dans leur manière de s’exprimer et de partager une sincère ouverture à l’autre.  Ainsi ils pourront parler beaucoup…ou peu en communiquant!

Blog at WordPress.com.

Up ↑