Search

nathaliesarahblog

Two moms reaching out to the next generation, one blog post at a time

Mes suggestions de lectures

Dans l’un de ses derniers blogues, Sarah nous partageait ses titres de livres favoris adressés aux enfants ainsi que ceux qui l’ont inspirée pour lecteurs adultes.  Je prends donc quelques minutes pour ajouter à cette liste ceux que je souhaiterais recommander à mes enfants.  Certains seront pour eux de bons souvenirs et d’autres des découvertes à venir.  Quelques uns m’ont d’ailleurs été référés par mon aîné.  J’ai été complètement réjouie à leur lecture de savoir qu’il avait apprécié ceux-ci.  Vous savez ce genre de livre qui touche les cœurs.  Voici donc ces recommandations.

Dans la catégorie jeunesse, je ne peux passer à côté de ceux qui m’ont fait rêver.  Toute la série de livre de la collection de Disney, que je garde précieusement afin de pouvoir les lire à mes petits enfants.  Ces histoires nous les connaissons pour la plupart, mais se les faire raconter est de mon point de vue bien plus magique qu’au cinéma.  Mon deuxième coup de cœur est tous les livres de la Comtesse de Ségur.  Clairement certaines approches éducatives sont d’autres temps, mais j’aime encore chaque morale qui se dégage de ces lecture, les sentiments sont vrais.  Une superbe découverte avec nos tous petits est la collection « les sentiments » de Trace Moroney.  Celle-ci permet d’aborder avec eux de manière simple et vraie plusieurs de nos sentiments communs tels la jalousie, la peur, la tristesse, l’amour et l’amitié.  C’est fait tout en douceur et le vocabulaire est clair et précis.

Les livres qui me touchent portent souvent un aspect historique, c’est pourquoi j’aimerais bien que mes garçons aient l’occasion de lire certains livres de Gabrielle Roy et Michel Tremblay.  Je sais que le système scolaire propose déjà ces lectures, mais pour moi il faut lire « Bonheur d’occasion « et « Ces enfants d’ailleurs » de Gabrielle Roy et la trilogie de Michel Tremblay de Traversées, soient : La traversée du Continent, La traversée de la ville et La traversée des sentiments.   J’ai d’ailleurs acheté certains de ceux-ci pour mes amis Français, c’est une belle découverte du Canada.  Une autre découverte, soit un peu difficile mais nécessaires pour moi ont été les histoires racontées en temps de guerre.  L’une d’elle justement fût une recommandation de mon fils : « La nuit » d’Elie Wiesel, superbe histoire, remplie d’humanité, mais difficile à lire.  Une série plus légère, mais qui explore plusieurs guerres françaises est la série de la Bicyclette Bleue de Régine Deforges.

L’un de mes auteurs favoris est Albert Camus, ce philosophe décrit les sentiments de manière si juste et vraie, cette  sincérité, c’est beau de se la faire raconter.

Je vous laisse sur d’autres titres d’histoires toujours remplies de sentiments vrais.

  • La peste (Albert Camus)
  • L’étranger (Albert Camus)
  • The last lecture (Randy Pausch)
  • Nicostratos (Eric Boisset)
  • L’Alchimiste (Paulo Coelho)
  • La vie devant soi (Recommandation de mon fils d’Émile Ajar (Romain Gary))

Il y en aurait tout plein d’autres, mais je vais vous laissez nous partager vos petits trésors!

Advertisements

Favourite Movies

In a recent post by my co-blogger Nathalie entitled Bon cinema, she writes about her top movies to watch.

I thought I would add a few to that list in the hopes that Nathalie and our readers may also enjoy them. And by the way, Nathalie has great taste in films. I watched “Love Actually” after reading her post and she was right on! Can’t wait to make it down the entire list and I hope I can find them on Netflix 😉

Sarah’s top movies:

Schindler’s list

Shine

Harold and Maude

Catch-22

Shawshank Redemption

Feel free to share your thoughts in our comment section below.

Books That Inspire

Today’s blog is a review of some of my most favourite books mostly because they have left a lasting impression and inspired me in my every-day life. Some are aimed more as a moment to cuddle up and enjoy a good book with your child while others are for those moments when you are looking for a temporary escape from reality.

Books to read with your kids

Le Petit Prince by Antoine de Saint-Exupéry (1943)

Top of my list is The Little Prince. It is classic story filled with innuendos and complex constructs but still appropriate for all age-levels. This is one of those stories where you just want to soak in the dialogue and imagine the varying levels of beauty that exist in life. My daughter Lauren and I have spent many moments talking about what was happening in the story, trying to interpret the archetypes and what that last sentence that we just read may or may not have meant. The movie is also really well made and may help with your interpretations before or after reading the book.

Pax by Sara Pennypacker (2016)

“Mommy, that was so sad” says my 10 year-old daughter at the end of every chapter. It’s not an easy read because the content is at times bleak and filled with a sense of despair. There were a few times when we felt that we needed a bit of a break from the story. Despite the melancholic tone, it is still filled with hope and acceptance that a child can appreciate. Age appropriate for children 10 and up.

Wonder by R.J. Palacio (2012)

In a recent post, I wrote about the impact this book has had on me. It is a beautiful and at times heart-wrenching story about a boy who overcomes his facial disfigurement and faces his fears and starts school for the first time. The underlying theme is one of kindness and acceptance and the impact that these simple acts can have on others. I can’t say enough about this book. It was one that my daughter and I found difficult to put down and enjoyed enormously.

Other favourites: 

The Giving Tree by Shel Silverstein

The Mitten by Jan Brett

The Unlikely Adventures of Mable Jones by Will Mabbitt

Books to read on your own as an escape

The Heart Goes Last by Margaret Atwood (2015)

I love practically everything that Margaret Atwood writes. She is one of the most accomplished and talented modern-day writers in my opinion and she also happens to be Canadian. The Edible Woman (1969) is probably one of her best-known works and I truly enjoyed it, however, I really love her stories set in a futuristic time, such as my most recent read – The Heart Goes Last– when catastrophe hits and humans are left to adapt to all sorts of unusual circumstances. There are many erotic images at work as well in this one, so if you are a 50 Shades of Grey fan, you’ll love what this 77 year old author can come up with!

The Invisible Man by Ralph Ellison (1952)

This one is a classic about an African American man facing social and intellectual challenges early in the twentieth century. If you read and enjoyed The Book of Negroes, and considering that it was recently black history month, this book is a great representation of the struggles of black people.

Other favourites:

Lullabies for Little Criminals by Heather O’Neil

The Night Circus by Erin Morgenstern

Room by Emma Donoghue

Feel free to share your most favourite reads in the comment section. We love hearing from our readers!!

 

 

 

Bon cinéma!

Ce blogue-ci se veut participatif!  Je souhaite dresser une liste de films à voir pour mes enfants.  Plusieurs films ne seront pas cités ci-dessous, tels les Harry Potter ou les Seigneurs des anneaux, car évidemment ils ont déjà regardé ces films et que quoique que ceux-ci représentent des expériences cinématographiques incontournables, la liste que je souhaite dresser en est une pour eux à découvrir.  Certains ne s’adresseront possiblement  pas encore à leur intérêt, et seront agréables à découvrir à un autre moment de leur vie.

Pour diverses raisons certains films vont nous toucher, nous faire rire, pleurer, réfléchir, nous offenser, nous faire rêver.  Leur titre nous fera à jamais réagir.  Voici l’effet que les films de cette liste suivante ont eu sur moi :

  • Shall we dance
  • Forrest Gump
  • La vie est belle
  • Departures
  • Une vie à deux
  • Marley and me
  • Émotifs Anonymes
  • Bienvenue chez les ch’tis
  • La grande séduction
  • Les intouchables
  • Love actually
  • La biographie de Pelé
  • Let’s Run
  • Rain Man
  • Breakfast Club
  • Dead Poets Society
  • ET
  • The color Purple
  • Cinema Paradiso

 

Je disais donc un exercice participatif…quels sont vos films à voir?  SVP ajouter vos films dans les commentaires ici-bas!! Bon cinéma.

 

Separating Your Passions From Your Employment

A number of factors have led me to write about today’s topic. It started with watching a wonderful movie that I came across this summer on Netflix called Departures. It’s no longer avai…

Source: Separating Your Passions From Your Employment

Separating Your Passions From Your Employment

A number of factors have led me to write about today’s topic. It started with watching a wonderful movie that I came across this summer on Netflix called Departures. It’s no longer available to stream in Canada but if you ever get a chance to watch it, I highly recommend it. It’s about a Japanese cello player that takes on an excessive amount of debt to purchase an exquisite cello, only to find out soon afterwards that the orchestra whom he plays for is dismantling. He eventually finds a new career as a nōkanshi—a traditional Japanese ritual mortician- which is seen in Japan as an undesirable and unlucky career. The movie is filled with humour and beauty stemming even from something as bleak as death. But what struck me most about it was the subtle message that turning your passions into employment might not be a very good idea.

This message has stayed with me for some time now, mostly because it appears to be counter-intuitive to what most of us believe about making career decisions. Career counsellors, well-intentioned family members and even famous philosophers tell us that we should choose a career based on our dreams and our passions.

Never chase after money, chase after your dreams, passions and opportunities and the money will come naturally – Unknown 

Choose a job you love and you will never have to work a day in your life – Confucius (551 BC – 479 BC)

The problem is that these quotes and well-meaning experts don’t take into account how human motivation works and how it can be affected by reward systems. In a simple psychological experiment by Lepper et al., 1973 the authors demonstrated the relationship between intrinsic motivation and the effects of reward.

In this study, preschoolers who enjoyed drawing prior to the study were then introduced to one of three conditions. Some children received no reward for their drawings, others received a surprise reward after the fact, and others were told they would receive a reward for drawing once the study was over. In order words, this last group was told that they would get a certificate with a goal seal and ribbon if they drew. Each child was invited into a separate room to draw for a specified amount of time and were then given their reward or not, depending on the condition.

Over the next few days, the children from all the groups were observed through one-way mirrors to determine how much they would continue to draw on their own. The results show that the expected-reward group engaged in much less spontaneous drawing. On average the amount of drawing was reduced by half! In other words, their intrinsic motivation to engage in the behaviour without any incentive or reward, decreased significantly.

reward-and-motivation

What this study and many others are essentially pointing out is that when we are rewarded for behaviour, we are less likely to engage in that same behaviour if the reward is subsequently removed. For example, let’s say you love to snowboard but then you are rewarded for snowboarding (via a pay check or other reward). According to this study, you will be less likely to snowboard unless a reward is attributed to it. Presumably, your intrinsic motivation for the behaviour decreases.

Something to think about…

So if choosing employment should not stem from passion, then how do we proceed? The opposite does not ring true either. That is to say, that one should not choose something they despise to do as employment in order to maintain their passions.

The reality is that in any job or career, there will be ups and downs. Some days are inevitably more difficult than others. The point is to make the best of it. Try to appreciate the fact that the job that you have may not be a passionate one, all the time, but at least it provides the freedom and the financial stability that allows you to engage in those passions you do have. The two go hand in hand. And when the time comes for my children to start considering what career path they will follow in life, I hope they will find something that is manageable, perhaps at times enjoyable, but mostly that allows them to find pleasure in things other than work.

Le 01 mars ..date butoir?

Chez nous cette année le 1er mars se révèle être une date importante. L’un de mes fils fera ses demandes pour son entrée à l’université et le deuxième pour le cégep. Lors de l’entrée de mon premier fils au cégep, l’arrivée du 1er mars 2015 s’était présentée sans trop de questionnements, mon aîné ayant arrêté son choix sur un programme et un cégep assez tôt dans sa dernière année au secondaire.  Cette année,  son choix pour le programme universitaire est plus difficile à cerner, mais il a ses options et un plan.  La discussion fût plutôt autour du plan de match et de l’ordre dans lequel il voulait l’exécuter. Comme il semblait assez décidé, mes questionnements n’ont pas trop galopés et j’étais sereine de le voir rassuré.   Mon deuxième fils avait choisi de faire une demande au cégep, près de chez nous, son frère ayant bien aimé l’expérience.  Le SRAM n’autorisant qu’une demande à la fois, il en fera une à l’université d’Ottawa également.  Il a obtenu la moyenne requise par  l’Université d’Ottawa pour soumettre une demande.  Il s’offre ainsi un choix de plus.

La semaine dernière, nous sommes allés faire la visite du cégep de son frère avec deux de ses amis.  A notre visite, je fus surprise de constater qu’il considérait arrêter son choix de programme en sciences.  Me basant sur nos discussions passées sur ses intérêts, j’avais interprété qu’il soumettrait ses demandes en commerce.  Là,  je me suis un peu interrogée. Pourquoi, parce que je voulais être certaine que ça venait de lui. J’ai toujours pensé laisser mes enfants choisir ouvertement ce qu’ils voulaient, tant qu’il y avait une réflexion derrière ce choix.  Je crois qu’il faut les appuyer. Mon fils a la chance d’être fort dans toutes ses matières et particulièrement en sciences, je n’aurais pas dû être trop surprise.  Toutefois, à l’occasion,  je sens le processus un peu douloureux et je voulais être certaine qu’au-delà de sa réussite dans ces matières, le tout était soutenu par un intérêt. Après discussion,  je comprends que la conseillère en orientation lui a expliqué que si il le souhaitait, avec ses résultats,  il pourrait possiblement être accepté dans le programme « honnors ».  Je trouve ça super quand il m’explique tout ca, mais je ne veux pas le voir trop souffrir.  Mon fils est un passionné de sports , un athlète de voile qui a souvent parlé avec son père de l’achat de matériel à l’international et des possibilités de commerce dans le domaine. Il aime bien discuter finance avec son père et à mes yeux,  je le voyais bien partir en ce sens.

Comme à quelques occasions dans ma vie, je me suis tournée vers ma bonne amie Sarah pour m’aider dans ma réflexion. Je lui explique la situation et lui confirme  que je sais pertinemment qu’il va réussir si il s’y mets. Je voudrais juste qu’il choisisse un programme pour lequel il possède un intérêt certain. Sarah comme toujours m’écoute attentivement et elle me suggère un film japonais, “Departures”. Sarah est une excellente amie parce qu’elle ne dirige pas mes pensées.  Elle m’aide dans mon exploration en me pointant des pistes. La vue de ce film m’a fait réaliser que bien que notre choix de carrière peut être dans un domaine pour lequel on se passionne, parfois un autre chemin plus ardu se présente et nous ouvre des possibilités. De plus, lorsque notre passion devient notre travail, il peut y avoir une diminution de plaisir y étant associé.  Je me suis également rappelé une affirmation d’un prof de physique lors de la porte ouverte du cégep: le cégep ça sert aussi à explorer nos intérêts !

J’ai donc pris le temps d’expliquer à mon garçon ma réaction parce que je ne semblais pas à mes yeux enthousiaste . Je lui ai finalement dit que je lui faisais confiance, que c’était bien d’explorer à son âge et que je savais que n’importe ce qu’il choisirait, son cheminement allait l’éclairer dans ses choix.  Je crois toutefois que même si ce n’est pas toujours facile les études, il faut tout de même, sans que ce soit une passion dès le départ, qu’il ressente à un moment un sens à son choix .

Autant pour un adulte qui se recycle, et j’en sais quelque chose,  que pour un jeune adulte qui débute le processus de choix de carrière, c’est ok de changer d’idée.  Le 1er mars  n’est pas vraiment une date butoir!    Un jour j’ai lu dans un livre ceci: « chance is when opportunity meets preparation »  il faut faire confiance à la vie, parfois on se prépare dans notre cheminement pour une opportunité future…

Avoir raison…raisonnablement

A la lecture du texte de Sarah, Teaching our kids about kindness despite living in a competitive world, je savais que nous avions un dicton français qui rejoignait son sujet.  J’ai donc surfé l’internet pour le trouver et j’ai ainsi pu relire diverses citations et proverbes sur le fait “d’avoir raison”.  En explorant ceux-ci, ma réflexion s’approfondissait et évoluait selon l’impact et la portée de chacun.  Je vais donc en reprendre quelques uns que j’ai décidé de partager avec mes enfants pour les laisser à leur tour réfléchir sur ce sujet.

D’abord la traduction intégrale de la citation de Sarah: ” A chaque fois que vous avez le choix entre avoir raison et être aimable, choisissez l’amabilité”.  Je crois comme Sarah, que dans le monde d’aujourd’hui, parfois choisir l’amabilité ne nous sert pas.  À l’occasion,  le mot amabilité prends une connotation “péjorative” dans certaines situations, et il est plus important ou efficace de présenter son raisonnement pour se démarquer.

A mes yeux, tout est possiblement dans le pourquoi et le comment.  On a une responsabilité quand on a raison de livrer le message correctement, avec manières.  Dans notre monde compétitif, j’aimerais que mes enfants apprennent à s’élever au delà des débats malsains en gardant leur savoir être et en respectant la dignité de l’autre.  Voici donc quelques citations à retenir: “Nul n’a le droit de dominer les autres même s’il a raison” et  un proverbe chinois : ” Point n’est besoin d’élever la voix quand on a raison” et encore une citation de Saint-Exupéry : “Je n’ai pas le droit de dire ou de faire quelque chose qui diminue un homme à ses yeux.  Ce qui compte, ce n’est pas ce que je pense de lui, mais ce que lui pense de lui-même.”  et finalement, l’une de mes préférée citation de Jean-Jacques Rousseau: “Je ne puis me persuader que, pour avoir raison, on soit indispensablement obligé de parler le dernier”.

Lorsqu’on débat une idée, l’énergie et la dynamique de la discussion font que c’est invitant à élever la voix et malheureusement ceci impact notre capacité d’écoute.  Lorsqu’on est conscient de ceci dès le départ, on peut essayer de contrôler cette énergie et l’utiliser pour faire évoluer le débat.  Tout ceci est un apprentissage quotidien dans nos relations professionnelles et personnelles.  Je vous laisse sur une dernière citation: “La maturité commence à venir quand on se contente d’avoir raison sans trouver nécessaire de prouver que quelqu’un a tort.”

Teaching our kids about kindness despite living in a competitive world

I am reading a book to my senior class at the moment (grades 3 to 6). Its called “Wonder ” by R.J. Palacio and was recommended to me by a good friend of mine.

It’s a touching story about Auggie, a 10 year-old boy who suffers from a severe facial deformity and starts school for the first time. As the story develops, the boy experiences moments of rejection and shame for looking different. But as the story continues we begin to see the impact that tolerance and kindness has on this boy.

Why I choose to write about this today, is because I have been reflecting a lot lately on the question of how to teach kindness both to my students and to my daughters.

This is a passage from the book that I has been on my mind all morning.

“Being kind is more important than being right.”

Is it a realistic goal to teach our kids to be kind rather than being right?

Certainly, I want to encourage my kids and students to be kind whenever possible. Along with politeness, responsibility, respectfulness and a host of other important virtues, these are vital skills that help our kids function and excel in society. But at the risk of sounding self-righteous, is it really possible to tell our kids to choose kindness at the expense of being right in all circumstances?

Our society tends to highlight and encourage attributes like initiative, strength of character and resoning skills. Are they any less important than being kind?

I would argue that in some cases, kindness is not always appropriate. Perhaps sometimes being right even might precede being kind.

A case in point applies in the context of university students applying to competitive programs. As a side-projects, besides teaching, I also work as a blog administrator for MyGraduateSchool.com  It is a project that I work on with my husband who is a best-selling author and expert in the area of helping  students prepare for the application process to graduate school.

One of his main objectives is to help students understand that in order to get accepted into competitive programs, they have to find ways that make them stand out above the rest of the applicants. Achieving this type of distinction goes well beyond just having higher grades. Some of the qualities necessary for this endeavour, do not favour being kind. They don’t encourage being unkind either, but if a student chose to be kind rather than being right in an interview setting or at a lab meeting,  there chances of getting into grad school might be severely reduced.

I think choosing kind is definitely the go-to approach, but then again it’s not always appropriate and kids need to learn the subtle differences when it’s time to be kind and when it’s time to strive forward without hurting anyone in the process.

Create a free website or blog at WordPress.com.

Up ↑